Abbaye Saint-Victor : connaissez vous l’histoire des abeilles protectrices ?

Fondé au Ve siècle par Jean Cassien, le monastère Saint-Victor s’installe sur un site riche en histoire, autrefois une carrière et une nécropole antique et médiévale. Avec les siècles, il s’agrandit et acquiert une grande renommée grâce à l’influence de l’abbé Isarn (décédé en 1047) et, au XIVe siècle, de Guillaume de Grimoard, qui deviendra le pape Urbain V. Ce dernier fortifie l’abbaye de tours crénelées et agrandit le chœur.

L’église actuelle, reconstruite au XIIIe siècle par Hugues de Glazinis, se distingue comme un chef-d’œuvre d’art roman provençal. La sécularisation de l’abbaye intervient en 1739, suivie de sa destruction pendant la Révolution, à l’exception de l’église qui demeure comme un témoignage de sa splendeur passée.

Au sein des cryptes, les sarcophages de l’église souterraine rappellent la renommée passée de ce lieu en tant que destination de pèlerinage, réputé pour ses reliques. Dans la chapelle Notre-Dame de Confession, la Vierge noire est toujours vénérée lors de la Chandeleur, perpétuant la tradition des cierges verts et des délicieux biscuits locaux appelés ‘navettes’.

L’Abbaye de Saint Victor : une protection divine lors de la révolution

Pendant la Révolution française, alors que de nombreux lieux religieux étaient détruits, l’Abbaye Saint-Victor a échappé à une destruction totale. Selon la légende locale, un groupe de révolutionnaires aurait décidé de dynamiter l’église, mais au moment de l’explosion, un essaim d’abeilles aurait envahi la zone, provoquant la panique parmi les hommes. Interprété comme un signe divin, cet incident aurait préservé l’église de la destruction totale, ne laissant intacte que l’église qui subsiste encore de nos jours comme un témoignage de son histoire mouvementée.

À lire aussi   Eglise du Sacré-Coeur

Laisser un commentaire

2 + 6 =